Arthur Debert

Résidence École  élémentaire des Hauts de Vallières

 

nouvellhistoire2

L’ÉTAGÈRE

Une étagère est un lieu, transportable, exportable et modulable.
Elle est le dénominateur commun entre le monde personnel et le monde partagé.
Dans une chambre, l’étagère sert à ranger autant qu’à décorer ou montrer, un objet, une image, une collection. Mettre sur l’étagère c’est mettre en scène, c’est créer un portrait de nous même, à travers des représentations ou des objets qui d’une manière ou d’une autre nous représentent.

L’idée était donc de travailler en plusieurs temps, à la fois sur les objets de l’art ou de l’Histoire qui sont devenus les témoins d’une histoire collective (musée, archéologie, documentaire, etc ) ; puis à partir d’archives plus personnelles, comme des souvenirs de vacances, des photographies ou films de famille, des vieux dessins et doudous.

Et tout ce matériel, amené par tous, retravaillé, réécrit, reproduit sera présenté sur une simple étagère où les histoires (fiction ou archive) créés et racontés par chacun des participants se croisent et ne font qu’une ; une sorte de vitrine familière pour une forme d’archéologie du «passé proche» autant que du «passé à venir».

Le jour de la restitution, les enfants seront amenés à réfléchir autours de leurs rapports aux archives, et à comment garder une trace dressant un portrait instantané de la cour des trinitaires par quelques exercices de prise de notes du réel (recherche d’objet, de texture, d’échantillons..)

© Faux Mouvement – 2014
Tous droits réservés Faux Mouvement. Aucune reproduction, même partielle ne peut être faite de ce site et de l’ensemble de son contenu : textes, documents et images sans l’autorisation expresse de
Faux Mouvement.

Nicolas Pinier

DSCN6737

Projet de résidence :  » Le jardin des autres  »

Lieu : Metz Devant-les-ponts

Participants : Les CM2 de Madame Laurence Dupont de l’école Château Aumiot, les GSM de Madame Valérie Scarpellini de l’école Trimazo et les personnes résidentes et le personnel de l’EHPAD Félix Maréchal.

Quelques mots sur le travail de Nicolas Pinier :

« En 1759, dans Candide ou l’optimiste, Voltaire nous propose de ‘cultiver notre jardin’ afin que nous puissions nous améliorer. Le jardin des autres nous invite à cultiver, entretenir et nourrir un espace au service des autres. Cet espace peut-être un jardin au sens propre (où pousse des légumes, des fleurs…) ou bien un jardin comme dimension personnelle (ses expériences, ses connaissances…). Sur le plan personnel Le jardin des autres ce veut être l’ensemble des représentations que l’on se crée des autres en soi. En d’autres termes, cultiver Le jardin des autres, c’est se cultiver soi au service des autres. Ainsi, d’un point de vue artistique, il s’agit de proposer de nouvelles représentations afin d’appréhender le monde et les autres d’une autre façon. La réflexion est portée sur le thème du Beau afin de planter les graines de la curiosité, de l’éveil et de l’attention. »

Atelier 4

Atelier à la maison de retraite Petites sœurs des Pauvres avec les résidents et les enfants de l’école les Bordes :

Expériences sur table pour la réalisation d’une vidéo

1. Chacun passe le fil à son voisin pour faire tourner la structure et créer des formes aléatoires

2. Tendre puis lâcher la corde pour obtenir une ligne avec des courbes, opération à répéter jusqu’à saturation colorée de la table. Le résultat était à mettre en parralèle avec la peinture de Jackson Pollock… et l’action painting.

Parallèlement étaient proposés 2 autres ateliers :

– tricot proposé par une résidente et encadré par Agnes Mirgaux, institutrice et directrice de l’école Les Bordes.

– Atelier photo lumière proposé par Laura, aide soignante

les enfants créaient des lettres de lumières captée par l’appareil photo